Rôles et Légendes
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Rôles et Légendes


 
AccueilPortailRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Captive : où acheter le Tome Captive 1.5 en édition Collector ?
26.90 €
Voir le deal

 

 Histoire de la mythologie

Aller en bas 
AuteurMessage
Rhadamante

Rhadamante


Nombre de messages : 2674
Age : 37
Date d'inscription : 14/11/2006

Histoire de la mythologie Empty
MessageSujet: Histoire de la mythologie   Histoire de la mythologie Icon_minitime20/4/2007, 08:39

La naissance et le développement des croyances mythologiques



Les racines de la mythologie slave se situent à l'époque où les tribus d'origine Indo-européenne n'étaient pas séparées les unes des autres. Donc, la mythologie slave représente une branche de la mythologie élaborée par les peuplades Indo-européennes il y a quelques millénaires.

Le développement de la mythologie slave durait depuis le 2-ème millénaire avant J.-C., quand les tribus slaves commencèrent à se séparer du groupe linguistique Indo-européen. Pendant ce temps elle subit de grands changements, mais certains vestiges de l'époque la plus ancienne se conservèrent tout de même jusqu'aux temps des recherches ethnographiques. C'est que le développement de la mythologie obéit toujours à la règle générale selon laquelle les croyances qui suivent n'évincent pas les précédentes, mais coexistent avec elles.

Les croyances des ancêtres des Slaves évoluèrent avec le temps. Ces croyances se développèrent, en enrichissant de plus en plus le système mythologique créé par l'imagination populaire. On peut distinguer les étapes suivantes dans l'histoire de ce développement obéissant à des processus parallèles dans les mondes antique (gréco-latin), germanique et celtique:

1. La foi dans les bons génies et les esprits malins de la nature
2. Le culte de la Grande Mère de l'univers
3. Le culte de Svarog
4. Les cultes des fils de Svarog et des dieux divers
5. Le culte de Péroun
6. La christianisation de la Russie sous le prince Vladimir (988 après J.-C.)

Chaque étape a ses traits caractéristiques.

Au commencement les Slaves anciens crurent aux génies "oupyrs" et "béréguinias". Les premiers, du genre masculin, se considéraient comme l'incarnation du mal. Les autres, du genre féminin, se considéraient comme l'incarnation du bien.

Il est intéressant de suivre les métamorphoses du mot "oupyr". Les Slaves anciens prononçaient sa première syllabe comme "ou" nasale - "oumpir". Les slaves méridionaux prononçaient "o" au lieu de "ou" et ajoutaient la consonne "v" - "vompir". Ils transmirent ce nom à leurs voisins occidentaux qui n'avaient pas connu de tels personnages. Le mot "vampire" pénétra alors dans les croyances des peuples occidentaux.

"Béréguinia" se traduit en français comme "une gardienne". Les béréguinias étaient des gardiennes célestes de l'homme et s'opposaient aux oupyrs. A l'origine elles représentaient des esprits impersonnifiés sans traits distincts. Mais les croyances de l'homme ne peuvent rester sans changement. L'image des génies naturels se développa peu à peu, et vint enfin le temps où les esprits impersonnifiés d'autrefois cédèrent leur place aux nouveaux possesseurs du monde, beaucoup plus pittoresques et beaucoup plus puissants. Ce fut l'époque de la naissance des dieux.

Il est impossible de séparer la mythologie de l'histoire du peuple, car les circonstances historiques imposent toujours leur réalité à l'esprit humain et à ces croyances. L'époque du matriarcat, la plus ancienne de notre histoire, laissa sa trace dans la conscience de toutes les peuplades européennes, y compris chez les ancêtres des Slaves. Le culte de la Grande Mère de l'univers est commun à toutes les tribus préhistoriques de l'époque. Les archéologues trouvent souvent des statuettes aux traits féminins soigneusement soulignés. De telles statuettes sont typiques pour tout l'espace européen, y compris la Rome et la Grèce les plus anciennes.

Nous ignorons le nom porté par la Mère du monde dans la région slave. L'auteur de l'article est tenté de croire que son nom était Slava, d'où la désignation des gens habitant le territoire où son culte était répandu sous le nom de "Slaves". De telles formes sont bien connues: ainsi la plus grande communauté des tribus slaves du 9-ème siècle, celle des Krivitches, reçut son nom d'après le dieu principal qu'ils vénéraient - Krive (Krivitches, patronyme du nom Krive, signifie "les fils de Krive").

L'image de cette grande déesse pénétra la mémoire populaire si profondément que 5-6 millénaires de changements historiques et, par conséquent, mythologiques ne réussirent pas à l'évincer ni à la remplacer par une autre image. Mère la Terre Humide, toujours dormante, donatrice de grandes forces à un héros, resta un personnage des contes russes jusqu'au 19-ème siècle.

Le patriarcat succéda au matriarcat, le culte du Grand Dieu succéda au culte de la Grande Déesse. Plusieurs peuples européens connurent cette étape du développement de leurs croyances. "Ouranos" - était le nom du Grand Dieu chez les Grecs. Les Romains le nommaient "Saturne". Les habitants du Champ Sauvage, vaste territoire au Nord de la Mer Noire, l' appelaient "Tengri-khan".

Le Grand Dieu des Slaves portait le nom de Svarog. Son nom provient du mot "svarga" qui signifiait le ciel dans la mythologie de l'Inde. C'était un paradis céleste, où régnait Indra, dieu principal de l'hindouisme. La liaison de ces mots prouve l'ancienneté et les racines communes des systèmes mythologiques des peuples Indo-européens.

Svarog, dieu du ciel et du feu céleste, forgeron divin, maître de tous les métiers, était le personnage le plus puissant de son époque. Selon une légende, il apprit aux gens primitifs à cultiver la terre et à forger le fer. Il leur donna une charrue, ayant fait tomber du ciel son modèle en or. L'extension du culte de Svarog montre que les derniers vestiges du matriarcat avaient disparu et que l'ère du patriarcat avait déjà commencé.

Le culte du Grand Dieu éclipsait la gloire des autres dieux et des très nombreux génies. Mais peu à peu leur pouvoir grandissait, leur importance augmentait. Vers le milieu du 2-ème millénaire avant notre ère les ancêtres des Slaves devinrent des sédentaires. L'agriculture commença à prédominer sur l'élevage du bétail, et les protecteurs célestes de l'agriculture occupèrent le premier rang de tous les personnages mythologiques. Le premier et le plus important d'entre eux était Dajbog, dieu du soleil et de la lumière diurne. Il était considéré comme une source de tous les biens de la nature. En même temps il était un dieu rude qui pouvait provoquer une sécheresse et vouer les gens à la famine.

Plusieurs autres dieux firent leur "carrière mythologique" avec lui. Avant tout Svarogitch, dieu du feu sacré. La conscience populaire croyait que Dajbog et Svarogitch étaient les fils de Svarog. Leur époque suivit celle de ce dernier.

Au 5-ème siècle av. J.-C. le monde des Slaves orientaux entra dans une période d'épanouissement. Les Slaves fournissaient du blé aux Grecs habitant en Crimée. La société slave se trouva à la veille de la création de son Etat. L'invasion Scytho-sarmate mit fin au siècle de Saturne, mais la conscience mythologique des tribus slaves engendra déjà des images, des sujets et des personnages qui restèrent dans la mémoire et qui ont commencé leur activité divine.

Stribog, Vélès, Khorse, Simargle, Troïan, Makoche, Giva prirent place sur l'Olympe slave. Mais le plus connu et le plus célèbre fut, sans aucun doute, Péroun. Son époque arriva avec la création de l'Etat. Comme le Zeus grec, il était d'abord un dieu du troisième rang, responsable des pluies et des orages. Mais possesseur de la foudre et du tonnerre, il devint le dieu de la guerre, qui protégeait les guerriers - le prince et sa droujine. Les princes et leurs boyards se mirent à la tête de l'Etat russe, et leur protecteur corporatif devint ainsi le seigneur des autres dieux et personnages mythologiques.

Selon les avis des savants, l'époque de Péroun ne dura longtemps. Il dominait au cours des 8-ème - 9-ème siècles, mais ce temps marqua la mémoire du peuple à travers les chroniques et les traditions populaires.

En 980 après J.-C., Vladimir Sviatoslavitch, prince de toutes les Russies, mécontent des cultes différents séparant les parties du pays qu'il venait de réunir, décida de réformer la religion païenne. Non loin de son palais il établit un panthéon devant servir d'exemple aux autres régions du pays. Celui-ci comportait les idoles de Péroun à la tête d'argent et aux moustaches d'or, Stribog, Dajbog, Khorse, Simargle et Makoche, le seul personnage féminin. Mais cette réforme ne le satisfit point. Le panthéon des idoles païennes ne pouvait pas jouer le rôle de la religion d'Etat. Alors le prince Vladimir décida d'adopter le christianisme. Cela eut lieu en 988.

Dès ce moment la religion chrétienne commença à se propager dans tout le pays, mais les croyances, les traditions et les préjugés païens allaient se conserver dans la conscience populaire jusqu'au 19-ème siècle et se conservent en quelque sorte encore de nos jours.
Revenir en haut Aller en bas
https://roles-et-legendes.1fr1.net
Rhadamante

Rhadamante


Nombre de messages : 2674
Age : 37
Date d'inscription : 14/11/2006

Histoire de la mythologie Empty
MessageSujet: Re: Histoire de la mythologie   Histoire de la mythologie Icon_minitime20/4/2007, 08:39

Bons génies et esprits malins de la mythologie slave



Génies du genre masculin



Domovoï - génie de la maison en bois paysanne, maître de cette maison. Il peut être bienveillant ou hostile aux habitants de la maison. Les relations des hommes avec le domovoï nécessitaient plusieurs rites, qui permettaient d'assurer sa bienveillance.
Actif la nuit, il doit être traité avec respect par la famille, qui évite de dormir sur son lieu de passage, et laisse dehors pour lui, chaque soir, des réserves de sa nourriture préférée. Si la famille n'accomplit pas ces rites, le domovoï aura tendance a mal se comporter, brisant la vaisselle ou harcelant les animaux. Le plus souvent invisible, on le represente aussi comme un vieil homme à barbe grise. La prospérité du foyer dépendait de son bonheur et lorsque les choses allaient mal il fallait faire encore plus d'efforts pour lui plaire.

Lechi - esprit de la forêt, hostile à l'homme. Il peut captiver un voyageur et le garder dans son ménage comme esclave. Parfois il peut égarer un voyageur, en le trompant et en embrouillant des sentiers devant lui.

Vodianoï - esprit malin de l'eau. Il habite dans les lacs, les rivières et les marais. Il a l'air d'un vieillard à la barbe blanche. Il fait tout son possible pour nuire aux hommes, il peut noyer un nageur ou un pêcheur.

Oupyr - esprit malin qui personnifiait autrefois toutes les forces de la nature, hostiles à l'homme. Plus tard c'est un vampire qui sort des tombes, se jette sur les gens et boit leur sang.

Dvorovoï - son activité se limite à la cour de la ferme. Pour le reste il ressemblait beaucoup au domovoï et se comportait comme lui.

Ovinnik - esprit de l'aire de battage, très hostile aux hommes.

Bannik - esprit des bains, lieu de divination et de magie. Il est hostile aux hommes. Pendant les fêtes de Noël il aide les jeunes filles à interroger l'avenir, à deviner à l'avance leurs promis.

Volkodlak - loup-garou, un homme qui sait se métamorphoser en loup. Les anciens croyait qu'il était capable d'avaler la lune, d'où provenaient les éclipses. Ce personnage était lié à la magie de mariage et existait dans les croyances de tous les peuples Indo-européens.
Certains héros épiques savaient se métamorphoser en loup. Tel était Vseslav de Polotsk, prince historique (XIe siècle), que ses contemporains prenaient pour un sorcier. Le "Dit de l'Ost d'Igor" raconte que le prince Vseslav, s'étant métamorphosé en une "bête féroce", réussit à s'échapper de la ville de Belgorod où il fut assiégé par le prince Iziaslav, son adversaire dynastique. Ayant revêtu les traits de loup il rôdait entre Kiev et Tmoutarakan, réussissant couvrir cette grande distance en une seule nuit.



Génies du genre féminin



Béréguinia - génie de la nature des temps les plus anciens. Gardienne de l'homme, liée aux rives des fleuves et des rivières (son nom coïncide avec les mots "bérég - bérétch", qui signifient "rive" et en même temps "garder" dans la langue russe). Plus tard son image s'est mêlée avec celle des roussalkas.

Roussalka - jeune fille, habitante des eaux, des champs et des forêts. Génie des forces végétales de la nature, qui arrose les champs par les pluies fines. Autrefois, au Sud de la Russie on l'imaginait comme une belle fille qui évitait la présence des hommes; aux 16-19 siècles et au Nord de la Russie, comme une vieille femme laide qui nuit aux hommes, surtout aux enfants. Dans les croyances les plus avancées, parfois dans la littérature c'est une noyée qui habite dans les lacs et les rivières.

Kikimora - esprit malin, qui habite dans les endroits les plus sombres de la maison en bois paysanne. Hostile aux maîtres de la maison, elle cherche à porter préjudice au ménage. On l'imaginait comme une vieille femme, laide et effrayante.

Vila - femme eternellement jeune et belle, aux longs cheveux blonds. Associée aux âmes des disparus, elle entretient des relations étroites et amicales avec les humains. Variante méridionale de Roussalka.
Revenir en haut Aller en bas
https://roles-et-legendes.1fr1.net
Rhadamante

Rhadamante


Nombre de messages : 2674
Age : 37
Date d'inscription : 14/11/2006

Histoire de la mythologie Empty
MessageSujet: Re: Histoire de la mythologie   Histoire de la mythologie Icon_minitime20/4/2007, 08:40

Personnages de la mythologie supérieure



Dieux



Svarog - dieu sûpreme des temps les plus anciens. Potentat du monde céleste, possesseur du feu, maître de tous les métiers. Il a appris aux gens primitifs à cultiver la terre et à forger le fer. Père de Dajbog et de Svarogitch.

Péroun - dieu sûpreme du siècle qui précédait l'adoption du christianisme. Protecteur céleste de prince et de sa droujine (communauté de guerriers). Dieu tonnant, maître du tonnerre et de la foudre. Dieu de la guerre.

Dajbog - dieu du soleil. Son nom provient de la prière "donne-moi, dieu!" Donateur de tous les biens naturels qui existent sur la terre. Selon les croyances anciennes, le peuple russe est considéré comme son descendant.

Khorse - dieu dont le rôle mythologique reste énigmatique. Selon les uns, il était un dieu du soleil, selon les autres - de la lune. L'un des dieux principaux du panthéon du prince Vladimir Svyatoslavitch (Vladimir le Soleil Rouge).

Stribog - dieu des vents et des tempêtes. La poésie populaire appelait les vents "les petits-fils de Stribog".

Vélès - dieu du bétail, donateur de richesses. Protecteur des prêtres païens qui s'appelaient "volkhves"(druides russes). Il donnait aux volkves leur inspiration religieuse et fut donc considéré comme le dieu des premiers poètes.

Svarojitch - dieu du feu sacré, fils de Svarog.

Yarilo - dieu des forces vitales de la nature. Il était "chargé" de la germination des épis de blé. Protecteur et inspirateur de l'amour charnel.

Krive - dieu sûpreme des Krivitches, alliance des tribus qui occupaient le territoire de la Biélorussie et des régions de Smolensk, de Tver et de Yaroslavle contemporains. Cette alliance était la plus vaste et la plus puissante de toutes. Le nom du dieu provient du mot "Krivé" qui signifiait le chef des prêtres païens en Lituanie.

Troïan - un des personnages énigmatiques de la mythologie slave. Dans le "Dit de l'Ost d'Igor" la Russie est appelée la Terre de Troïan. Les premiers siècles après J.-C., l'époque avant l'invasion des Huns sont nommés "les siècles de Troïan".

Simargle - le plus énigmatique des dieux anciens. Les savants supposent qu'il avait des liens avec les racines et les grains des plantes. Il entrait au panthéon du prince Vladimir.

Koupalo - personnage ayant des liens avec l'élément de l'eau. Dieu de la fertilité de la nature. Certains savants mettent son existence en doute.

Pozvizd - dieu du beau temps et des vents faibles.

Tchour - dieu dont le culte était peu important. Gardien des frontières et des lisières entre les champs agricoles.

Soud - dieu du destin humain chez les slaves méridionaux. Maître de Soudenitsas et de Sretcha avec Nesretcha.

Rod - dieu de la fertilité, de la lumière et de la création, il était accompagné de divinités féminines : les Rojanitsy (mère et fille); déesses de la fertilité : le jour de leur fête marquait la fin de la moisson.

dieu a 3 tetesSventovit - divinité des Slaves occidentaux. Dieu de la guerre dont le sanctuaire principal se trouvait dans l'île de Rugen. A l'aide d'un cheval blanc sacré, il présidait l'issue des guerres. Lié au culte des ancêtres, il avait quatre têtes, symbole de sa puissance, et tenait une corne remplie de vin, dont le niveau lui permettait de prévoir les moissons. Dans les régions slaves orientales, il était representé par le culte de Rod.

Triglav - dieu des Slaves occidentaux. Il eut 3 têtes qui symbolisaient son pouvoir sur les trois mondes de l'univers: le monde terrestre, le monde céleste et le monde infernal. Son idole se trouvait à Szczetin (Pologne). Triglav avait une bande d'or qui couvrait ses yeux pour qu'il soit juste pendant les prédictions de l'avenir.


Le masque en bois du dieu à 3 têtes.Jamaïque. Selon les chamans de Jamaïque, ce dieu donne de la sagesse. Photo de Willy Scholliers.



Déesses



Makoche - la seule déesse au panthéon du prince Vladimir. Déesse de la récolte, des tirages au sort et des travaux féminins.

Giva - déesse de la vie dont le culte était répandu chez les slaves occidentaux. Elle s'opposait à la mort et soutenait les forces vitales de l'homme.

Moréna - déesse de l'hiver et de la mort.

Dennitsa - déesse de la première étoile qui apparaît dans le ciel.

Karna - déesse du rite funéraire païen. Personnification du pleur du défunt.

Gélia - déesse du rite funéraire païen. Personnification du feu du "krada" (brasier funéraire) qui brûlait le défunt dont l'âme montait vers le ciel avec sa fumée.

Lada - déesse principale du panthéon païen, la plus populaire de toutes. Déesse de l'amour et du mariage, gardienne du foyer domestique. Certains savants mettent son existence en doute.

Lélia - déesse du printemps et de la révélation de la nature. Toujours jeune et fraîche. On la prend pour une fille de Lada.

Sretcha et Nesretcha - deux déesses des slaves méridionaux. Elles filent deux fils du destin. Le fil de Sretcha représente tous les événements heureux de la vie de l'homme, le fil de Nesretcha prédit les malheurs et les malchances. Quand Nesretcha rompt son fil, l'homme meurt.

Soudénitsas - trois jeunes filles, sœurs dans les croyances populaires des Slaves méridionaux et occidentaux. Elles déterminent le destin de l'homme après sa naissance. La sœur aînée prédit la mort; l'autre, les défauts physiques, la sœur cadette prédit tous les événements heureux de la vie et sa parole reste irrévocable.
Revenir en haut Aller en bas
https://roles-et-legendes.1fr1.net
Rhadamante

Rhadamante


Nombre de messages : 2674
Age : 37
Date d'inscription : 14/11/2006

Histoire de la mythologie Empty
MessageSujet: Re: Histoire de la mythologie   Histoire de la mythologie Icon_minitime20/4/2007, 08:40

LES PERSONNAGES DES CONTES DE FÉE

L'oiseau-feu - personnage préféré des contes de fée russes. L'oiseau dont la plume brille comme un rayon du soleil. Le héros de la conte doit surmonter plusieurs difficultés avant d'acquérir le bonheur, apporté par cet oiseau magique.

Kachtcheï Immortel - un des plus sinistres personnages de la mythologie russe. Son nom provient du mot turc qui signifiait "captif". C'est un sorcier méchant dont la mort est cachée dans un oeuf. Il emporte la fiancée du héros au bout du monde. Le héros ne peut vaincre Kachtcheï qu'après avoir trouvé sa mort.

Tchoudo-Ioudo - monstre terrifiant, adversaire du héros de conte. La bataille du héros avec Tchoudo-Ioudo se passe sur "Kalinov most" - le pont d'obier. Le monstre essaie d'écraser le héros, mais ce dernier remporte la victoire. L'académicien B.A. Rybakov croit que ce sujet reflète les batailles des hommes préhistoriques avec les mammouths.

Zmeï Gorynytch - serpent monstruex à 3, 6, 9, parfois 12 têtes. Il habite une caverne dans les "Montagnes de Sarassins" où il cache des captifs russes, une princesse enlevée et des trésors pillés. Adversaire de plusieurs héros épiques, notamment de Dobrynia Nikititch, un des plus célèbres preux des chansons populaires. C'est un prototype des nomades de la Grande Steppe qui faisaient irruptions dans la Russie ancienne.

Ivan le Fou (Ivan-Dourak, Ivanouchka-Douratchok) - héros principal de plusieurs contes russes. Variante originale du tricheur qui, dans les autres systèmes mythologiques, accomplie des fonctions importantes.
Ivan le Fou commet des actions irraisonnables et alogiques, mais c'est grâce à sa stupidité qu'il obtient toujours du succès. A la fin il vainc ses adversaires, épouse une princesse, devient riche. Dans la Russie d'aujourd'hui beaucoup de gens estiment que ce personnage reflète le caractère national russe.

Sivka-Bourka - un beau cheval magique qui aide son maître (d'habitude Ivan le Fou) à obtenir du succès. Il sait métamorphoser son maître en un "brave gaillard". Il parle de la voix humaine, donne des conseils sages, défend son maître des menaces différentes.

Baba Iaga - la sorcière qui tient en son pouvoir les oiseaux et les animaux sauvages. Elle se déplace dans un mortier avançant à l'aide d'un pilon et effaçant ses traces avec un balai. Le jour et la nuit obéissent à ses ordres. Elle habite au cœur d'une épaisse forêt au-dela d'une rivière tumultueuse, ce qui laisse penser qu'elle garde l'entrée de l'Autre Monde.
Ella a parfois un rôle positif lorsqu'elle aide un héros dans sa quête. On la retrouve ainsi dans plusieurs contes folkloriques notamment celui avec le prince Ivan et Maria Morevna.
Revenir en haut Aller en bas
https://roles-et-legendes.1fr1.net
Rhadamante

Rhadamante


Nombre de messages : 2674
Age : 37
Date d'inscription : 14/11/2006

Histoire de la mythologie Empty
MessageSujet: Re: Histoire de la mythologie   Histoire de la mythologie Icon_minitime20/4/2007, 08:40

CHANSONS ÉPIQUES RUSSES (LES BYLINES)



Les bylines sont des chansons épiques populaires en Russie. Ce sont des légendes traitant les exploits des héros épiques qui s'accomplissent à l'époque héroïque où tous les miracles furent possibles.

Les bylines furent découvertes au XIXe siècle dans les régions du Nord de Russie. Elles se conservèrent depuis les XI-XII siècles grâce aux conditions de la vie du Nord russe qui ne fut pas touché des grandes guerres avec les Tatars, les Polonais, les Allemands etc. Ces guerres, ainsi que les guerres civiles, produisaient de vrais boulversements de la vie populaire et détruisaient les vestiges de l'ancienneté russe.

Dans les XI-XII siècles se passèrent les évenements historiques qui furent à l'origine de plusieurs bylines. Cependant la plupart des bylines sont des œuvres plutôt mythologiques qu'historiques. Plusieurs sujets, bien connus d'après les autres mythologies du monde, sont reflétés dans ces chansons épiques. Parmi ces sujets on peut citer: les recherches de l'épée magique, du cheval qui sait parler et prédir l'avenir, de la fiancée pour le héros ou pour son souverain.

Les bylines russes chantent les exploits des héros qui défendent la "Terre Russe" contre les ennemis multiples et vainquent les monstres fabuleux. Certaines bylines racontent la vie des marchands de la ville de Novgorod le Grand qui fut une ville franche aux XII-XV siècles. Les personnages des bylines ne sont pas que des héros: ce sont aussi des paysans forts et sages, des négociants chanceux, des boyards riches et nobles, des princes glorieux, des bouffons... Les folkloristes estiment que les bylines russes représentent un phénomène remarquable parmi toutes les œuvres épiques d'Europe.

Les plus célebres personnages de la poésie épique russe

Prince Vladimir le Soleil Rouge. Ce personnage épique réunit deux personnages historiques: le prince Vladimir Sviatoslavitch (prince de Kiev en 980-1015) et Vladimir Monomach (prince de Kiev en 1113-1125).
Dans les chansons épiques Vladimir le Soleil Rouge est un type du prince idéal. Il se trouve au centre de toutes les bonnes forces qui font face à la menance extérieure. C'est un dirigeant qui réunit les meilleurs héros de la "Terre Russe" et organise la défense de Kiev contre les nomades de steppe (Tatars) et les monstres malfaisants (Zmeï Gorynytch et d'autres dragons).
La cour du prince Vladimir est un lieu des régals où ses preux se réjouissent, acceptent ses dons et écoutent des chanteurs. Parfois Vladimir est injuste envers ses preux, mais tous les conflits s'arrangent vite et sans graves conséquences.

Aliocha Popovitch - jeune gaillard, fils d'un prêtre. Il est le plus hardi et le plus débrouillard parmi les autres héros. Il vainquit Tougarine, un être monstrueux qui essayait d'envahir Kiev.

Ilia Mouromets (Ilia de Mourom) - le plus célebre et le plus glorieux parmi les héros épiques. En même temps il est le plus âgé, ce qui lui donne plus de sagesse et plus d'expérience par comparaison aux autres.
Ilia Mouromets vainquit Soloveï-Razboïnik, malfaiteur effroyant qui barrait la route vers Kiev, ne laissant passer personne et tuant les voyageurs. Il se battit contre Sviatogor, personnification de la force de la Terre. Il vainquit aussi Idolichtché Poganoïe (Idole Païenne), un ennemi terrible qui n'avait pas eu son égal d'après sa force. Mais la tâche principale d'Ilia Mouromets est de défendre la Terre Russe contre les Tatars (dans la poésie épique "les Tatars" est une personnification conventionnelle de toutes les forces hostiles extérieures, comme les "Sarassins" de la "Chanson de Roland". Ce type, comme tous les autres types des bylines, n'est pas strictement conforme aux personnages historiques). En tant que défenseur principal de la Terre Russe il vainc Kaline-tsar, l'empereur des Tatars épiques.
Mais Ilia Mouromets défend le pays et le peuple non seulement de l'ennemi extérieur. Un de ces exploits est la victoire sur les bandits innombrables.
Ilia Mouromets fit le plus grand nombre d'exploits. Dans les chansons il se présente comme un défenseur de tous les misérables: les pauvres, les veuves, les orphelins. En même temps il sauve toute la Russie, ce qui le fait le héros préféré de tout le peuple. Bien que les bylines ne se chantent plus, l'image d'Ilia Mouromets pénétra dans la culture contemporaine et reste très populaire de nos jours.

Dobrynia Nikititch - le plus noble et le plus poli des héros épiques. Dobrynia Nikititch commit l'exploit principal de toute la mythologie russe (et indo-européenne en général): il vainquit le serpent (dragon) monstrueux, Zmeï Gorynytch.
Dobrynia Nikititch commence ses activités héroïques depuis son enfance. Enfant, il part pour le "Champ Sauvage" (la steppe) battre les petits dragons. Puis vient le tour de Zmeï Gorynytch. Il bat ce dragon énorme qui expire les flammes de feu au bord de Poutchaï-reka (la rivière Poutchaï). Mais le héros ne veut pas achever le serpent. Les adversaires signent un accord, selon lequel le dragon ne nuira plus aux hommes. Mais le dragon viole tout de suite l'accord signé: il enlève la nièce du prince Vladimir. Alors Dobrynia se rend dans les "Montagnes de Sarassins", trouve la caverne du dragon, le tue et libère les captifs.
Il trouve aussi une fiancée pour le prince Vladimir. Le sujet le plus archaïque est la "présence du mari au remariage de sa femme" (on trouve se sujet dans l'Odyssée). Dobrynia quitte sa femme Nastasia pour aller faire ses exploits. Il est absent pendant 12 années. Le prince Vladimir convainc Nastasia d'épouser Aliocha Popovitch parce que Dobrynia devrait être mort. Mais Dobrynia revient juste au moment du mariage. D'abord personne ne le reconnait parce qu'il revêtit les trait d'un skomorokh (bouffon, artiste populaire en Russie ancienne). Mais lorsqu'il commence à chanter, sa femme le reconnait. Alors Dobrynia punie Aliocha Popovitch et rétablie l'ordre.

Sadko - marchand de Novgorod, héros principal des bylines concernant la vie de cette ville. Les bylines de Sadko sont les plus originales et les plus remarquables.
Au début Sadko est un pauvre chanteur qui joue du gusli (instrument national russe de musique à cordes pincées) au bord du lac Ilmen. Sa musique est aimée par le Roi de la Mer. Il aide Sadko à s'enrichir, puis l'attire dans son royaume sous-marin et le fait se marier avec une de ses filles. La musique de Sadko provoque une tempête qui entraîne le naufrage des navires et la mort des matelots. Contraint par le roi de continuer son jeu, il rompt ses cordes et arrête la tempête. Puis il réussit à s'évader et revenir chez les gens juste au moment où ses bateaux entrent dans le port.
Les bylines de Sadko célebrent la gloire et les richesses inépuisables de Novgorod, la ville indépendante dont le commerce fut hautement développé.
Revenir en haut Aller en bas
https://roles-et-legendes.1fr1.net
Rhadamante

Rhadamante


Nombre de messages : 2674
Age : 37
Date d'inscription : 14/11/2006

Histoire de la mythologie Empty
MessageSujet: Re: Histoire de la mythologie   Histoire de la mythologie Icon_minitime20/4/2007, 08:40

LÉGENDES ANCIENNES

La ville de Kitej (Kitej-grad) - la ville sacrée dans la région de Nijni Novgorod (Russie). La légende de cette ville était très populaire au cours de toute l'histoire russe. L'action de la légende se passe au XIIIe siècle, au temps de l'invasion tatare.
La horde tatare, menée par Batû-Khan, voulut dévaster Kitej-grad. Mais la ville fut sauvée par le Dieu et se plongea au fond du lac Svetloïar. Dès lors elle est invisible, mais de temps en temps on peut entendre la sonnerie de ses cloches.
Cette un lieu sacré où habitent les hommes justes et les saints, prototype du paradis terrestre.

Les forfaits des navs. En 1092 à Polotsk, une des plus grandes villes de la Russie ancienne, les gens souffrirent d'un phénomène inouï. La ville fut envahie par les navs qui rôdaient tard dans la nuit dans les rues et gémissaient à haute voix. Si quelqu'un sortait de chez lui, il fut immédiatement frappé par un de ces esprits des morts. Les habitants de la ville n'osaient pas quitter leurs maisons.
Puis les navs commencèrent à apparaître dans la journée. Ils étaient invisibles sur leurs chevaux dont on ne pouvait voir que des sabots. On disait que c'étaient les âmes des morts qui tuaient les habitants de la ville. Les savants estiment que cette légende, cité par la "Chronique des Temps Passés", décrit une épidémie qui éclata à Polotsk et quelques autres villes de la Bielorussie moderne.

Alexandre Popovitch - prototype légendaire d'Aliocha Popovitch, héros épique. La légende prétend qu'Alexandre Popovitch fut un voïvode et un boyard du prince historique Vsevolod le Grand Nid (prince de la ville de Vladimir en 1176-1212), puis de son fils aîné Konstantine, célebre prince de Rostov-le-Grand.
Après la mort de Vsevolod ses fils se querellèrent à cause du grand-duché de Vladimir (fait historique). Alexandre Popovitch combattit pour le prince Konstantine contre son frère Yuri et remporta beaucoup de victoires. Il tua quelques favoris du prince Yuri, ce qui provoqua la haine de ce dernier.
Quand Konstantine mourut et Yuri devint le grand duc, Alexandre eut peur de sa vangeance. Il réunit dans son château les plus nobles et les plus célebres boyards et héros de toute la région et leur dit: "L'époque du grand Vsevolod a passé, le temps de querelles est venu. Si nous restons ici nous allons nous tuer, car nos princes, ayant partagé la principauté entre eux, se combattent sans cesse." Alors les héros décidèrent d'aller tous ensemble à Kiev, "la mère de toutes les ville russes", pour servir au grand-duc de toutes les Russies. Le grand-duc Mstislav fut très content, car à l'époque tous les héros étaient bienvenus aux cours des princes.
Mais bientôt un grand malheur arriva. Les Tatars apparurent pour la première fois non loin des frontières russes. Les princes avec leures armées allèrent à leur rencontre et furent vaincus dans la bataille aux bords de la rivière Kalka. Plusieurs princes et guerriers russes périrent dans cette bataille, y compris Alexandre Popovitch avec les 70 héros qui étaient partis avec lui.
Certains savants estiment qu'Alexandre Popovitch est un personnage réel, car le récit cité est raconté par une chronique. Mais la plupart croient que l'auteur de la chronique raconta une légende d'origine folklorique, ce qui fait Alexandre Popovitch un prototype légendaire d'Aliocha Popovitch des chansons épiques populaires.
Revenir en haut Aller en bas
https://roles-et-legendes.1fr1.net
Rhadamante

Rhadamante


Nombre de messages : 2674
Age : 37
Date d'inscription : 14/11/2006

Histoire de la mythologie Empty
MessageSujet: Re: Histoire de la mythologie   Histoire de la mythologie Icon_minitime20/4/2007, 08:40

OURAL LE PREUX
La poésie épique du peuple bachkir

Oural sur le cheval AkbouzatOural-Batyr (Oural le Preux) est la chanson la plus ancienne et la plus archaïque de toutes les autres légendes bachkires. Son action se passe à l'époque préhistorique où tous les miracles furent possibles. Le héros principal de la chanson, Oural-Batyr, se rend à la recherche de la Mort pour débarasser le monde de sa puissance. Il cherche une source de l'eau vivifiante qui peut donner la vie éternelle aux hommes et à la nature.

Au cours de son long voyage il lutte contre l'injustice et le mal partout où il les rencontre. Il arrive dans le royaume du roi méchant Katil qui terrorise ses sujets. Après de grandes épreuves il sauve le peuple de ce roi-malfaiteur. Puis il vainc les dragons monstrueux dont le roi L'ile des parents d'OuralKakhkakha, un dragon à 12 têtes, veut envahir le royaume céleste de Samraü, roi des oiseaux. Enfin il engage la guerre contre les divs, esprits malins d'une grande puissance. Après avoir vaincu toutes les forces du mal, il mets le monde en ordre. Il sauve la terre des conséquences du déluge organisé par les divs. Des corps des divs tués il fait des montagnes dont la chaîne reçoit son nom - Oural. Ses fils percent les rochers et donnent le début des quatre grands fleuves de la Bachkirie. Enfin Oural trouve la source de l'eau vivifiante, mais au lieu de boire l'eau lui-même il arrose la nature, de quoi elle devient éternellement jeune.Houmai, oiseau du bonheur

La chanson épique Oural-Batyr contient un système mythologique hautement développé. L'univers y est partagé en trois parties: le monde terrestre, où habitent les gens, le monde céleste (le pays du bonheur où régne le roi Samraü) et le monde des êtres monstrueux (les dragons et les divs).

Plusieurs objets sacrés se trouvent dans cet univers: l'épée de damas, qui aide Victoire d'Oural sur son frere Choulguen qui mene les forces du malOural à vaincre ses ennemis, le cheval magique Akbouzat qui fait peur aux monstres, le bâton magique de Kakhkakha, qui fait son possesseur invisible et peut provoquer un déluge.

Plusieurs êtres de la chanson savent se métamorphoser en hommes. Ce sont tous les dragons ainsi que les oiseaux-princesses Houmaï et Aïkhylou qui se présentent devant le héros comme de belles jeunes filles. Houmaï est une fille du Soleil (personnage féminin) et Aïkhylou est une fille de la Lune. Leur père Samraü, le roi du pays céleste, est un mari du Soleil et de la Lune. Tout cela prouve que la chanson est une œuvre mythologique. Ces derniers temps l'intérêt pour cette œuvre augmente, on la considère comme une chanson d'une grande ancienneté.
Revenir en haut Aller en bas
https://roles-et-legendes.1fr1.net
Contenu sponsorisé





Histoire de la mythologie Empty
MessageSujet: Re: Histoire de la mythologie   Histoire de la mythologie Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoire de la mythologie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mythologie scandinave?
» Suite de mots (Mythologie) 2
» Mythologie persane (bases)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rôles et Légendes :: L'univers mythologique :: Europe du Nord et Russie :: Slave-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser